06 février 2013

le couteau

  à la pensée que j’appartenais à la cohue à la foule des rues la cohue à la mêlée j’ai commencé à me sentir dégoûté malade dégoûté car je me savais moi aussi sans but sans raison véritable d’être d’exister de vivre j’ai traîné dans les rues jusque vers la nuit rôdé et je sentais monter en moi une envie de mort dans ma poche mes doigts serraient un couteau une arme je rôdais par les rues serrant mon couteau crispé un sentiment de meurtre m’envahissait j’avais la fringale de planter mon couteau dans un ventre    
Posté par balpe à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,