longtemps nous avons marché terre et pierres
des chemins
creusés les roches nues étaient grises il
y avait
beaucoup de bois des terres labourées
des prés nous
avons traversé un bosquet jauni
alors c’est
alors que la pluie se mit à tomber
la pluie froide

nous avons croisé un groupe de scouts
des garçons
de dix ou douze ans ils marchaient vite ne
regardaient
rien toutes choses étaient tristes un grand ciel
doucement
gris devenait de l’eau et nous allions
si vite et
tout autour de nous semblait si immense
tellement

vide transis nous perdions tout désir
d’exister