assis
perdu dans ma tristesse ce jeune corps
splendide
en toute ignorance traversait ma vie
vers lui
je compris que ma quête tendait toujours
capté
par la douceur satinée de sa peau
limpide
la pureté absolue de son regard

j’aurais
tout donné pour une caresse une seule
au risque
même fugitif d’en porter le regret
l’amer
le sens de ma vie était là je voulais
le don
définitif dans l’abandon à l’amour
alors
je vis que son regard ne me voyait pas

lointaine
sa jeunesse dressait un mur sans fissures