l’aube était
grise et je ressentis de la pitié
sans raisons
sans raisons aucune j’eus pitié d’elle
l’aube était
froide et je n’eus plus envie de marcher
la venue
du jour mettait dans la rue entre nous
une trêve
et j’éprouvai comme une envie de larmes

c’était triste
cette aube grise sur ces rues c’était
un instant
lâche l’abandon à l’usure du
temps des gens
peu nombreux passaient sortant des maisons
ils allaient
vite se pressant vers l’aube grise et
j’ignorai
si elle seule ne m’attirait

plus ou bien
si c’était l’univers en général