dans ses regards dans
l’inattendu de son sourire
dans tous ses sourires
dans la raideur de son regard
je lus son désir
qu’il me suffirait d’un signe d’un
geste que son corps
était prêt à me recevoir
qu’il me suffirait
qu’il me suffisait de vouloir
 
s’installa la crainte
une stupide appréhension comme
un refus en moi
de renouer avec tout un
passé de briser
cette tranquille somnolence
je craignis soudain
le souvenir inévitable
de vieilles souffrances je
sortis sans un mot de la chambre
 
dans ses yeux un bref
éclat d’égarement fusa