03 mars 2013

le dimanche (2)

  c’était une soirée de dimanche ce jour là il faisait chaud il n’y avait plus d’air la chaleur moite le temps pesaient lourds comme l’espoir on implorait l’orage on suppliait ce trou bleu du ciel d’où il viendrait dramatisant notre silence il faisait chaud il n’y avait pas d’air on savait que jamais rien ne serait plus pareil que ce jour donnait un ébranlement au temps il faisait chaud on savait proche la venue de l’orage on la craignait le redoutait tous on la désirait l’attendait la chaleur moite et le temps pesaient on se... [Lire la suite]
Posté par balpe à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 février 2013

la marche (1)

  marchant dans les rues ne sachant où fuir j’éprouvai un besoin de sanglots honteux dans une rue déserte allant sans but sans fin je ne pouvais retenir mes pleurs si longtemps je marchai dans la ville si loin je reconnus la rue où j’habite j’eus peur    
Posté par balpe à 14:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 février 2013

le plaisir (1)

  j’ai longtemps pourchassé le plaisir longtemps couru j’ai longtemps attendu de la vie ce qu’elle n’a ce qu’elle ne peut jamais m’offrir j’ai attendu j’ai souvent cru que la joie était là toute proche qu’il suffirait de le vouloir et tendre les mains si elles se promenaient près de moi me souriaient si la foule vibrait de musiques de cris de joie il semblait que le ciel s’entrouvrait il semblait que le plaisir pouvait prendre existence prendre chair qu’il suffisait d’embrasser d’enlacer prendre l’amour rire et cependant trop... [Lire la suite]
Posté par balpe à 06:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 février 2013

le rideau

  je m’assis devant la fenêtre devant la fenêtre les yeux mi-clos les yeux fixant la surface bleue du ciel au travers des dentelles usées au travers du réseau déchiré des fleurs du rideau le bleu inhumain fixant le ciel bleu fixant le rideau alors je me dis le bonheur le bonheur serait rester là indéfiniment rester sans bouger indéfiniment éviter peut-être éviter de rompre par des mouvements brusques l’ordonnance peut-être calme de ce monde risquer le désordre derrière le rideau prise une mouche bourdonnait    
Posté par balpe à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
23 février 2013

l'absence (1)

  tout au long de mon enfance de ma vie tout au long de ma vie j’ai éprouvé des sensations bizarres j’ai l’impression de partir l’impression d’être empor té de ma vie transporté des sensations bizarres de flotter d’être emporté loin de tout nulle part alors je suis nulle part brusquement je reviens viens flotte dans un lieu nul nulle part loin de tout vide nulle part absent brusquement je reviens touchant une chose une autre je reviens je suis vide comme un fantôme dissout que les choses abandonnent il me faut toucher le monde... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
15 février 2013

le café (1)

  il fallait que je sorte je savais que la journée avait été brûlante il fallait que j’aille dans la rue j’allais vers la fenêtre ouverte le ciel était inexorable il faisait trop bleu profond il y avait du monde dans la rue il me fallait sortir descendre dans la rue sentir l’odeur des foules me perdre là pour oublier ce ciel sans indulgence il faisait plus frais dehors que dans la chambre j’entrai dans un bar très éclairé grouillant de monde et demandai une tasse de café il était bien trop chaud je me brûlai le palais   ... [Lire la suite]
Posté par balpe à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

15 février 2013

la fenêtre

  j’ai peur de mourir je dis je me sens mal je me sens plus mal j’ai vécu obsédé par la peur de la mort je dis je me sens seul je ne supporte pas même la vue d’une fenêtre vide elle me donne le vertige voici entrouverte la fenêtre la mort    
Posté par balpe à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 février 2013

la mer

  sous elle la mer elle alla jusqu’à la fenêtre elle vit la ville et au fond quelques bâtiments elle m’appela pour que je soutienne son front sous elle la mer elle vomit rapidement et je regardai l’immonde égout du paysage presque je pleurai tant j’étais envahi d’angoisse je voyais la ville des souvenirs d’enfance montaient ils s’associaient à la vue des mains de gorille de notre concierge soudain tout cela devenait insignifiant un moment vaguement risible moi-même avili impuissant je me sentis vide    
Posté par balpe à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 février 2013

le bonheur

  les regardant dans leur quête aveugle de l’ivresse je sus soudain que rien n’indiquait que le bonheur nous était dû qu’il n’y avait nulle raison que ce soit ainsi soudain je sus que toute une vie toute une vie pouvait être bâtie de malheur de désespoir légitimement sans qu’il y ait lieu de s’en plaindre de désespoir et que le bonheur ou le malheur n’avaient pas plus de sens l’un que l’autre que la souffrance le malheur étaient partie prenante de toute vie qu’elle était l’œil du bonheur et qu’il de pourchasser de telles... [Lire la suite]
Posté par balpe à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 février 2013

le dire

  à personne jamais je n’avais parlé à personne et chaque phrase m’humiliait je n’avais jamais parlé de tout ce qui m’arrivait et chaque phrase prononcée m’humiliait comme une lâcheté immense je savais que parler n’était qu’une faute    
Posté par balpe à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,